Comment revenir au moment présent

Revenir au moment présent est une attitude pleine de promesse qui délivre des cogitations fatigantes et des ruminations toxiques. Mais revenir au moment présent, ce n’est pas toujours aisé. Et pour une raison bien simple : quand tu en as besoin, tu es pris dans des réflexes mentaux et émotionnels qui sapent ta vigilance.

Alors ! Comment revenir au moment présent ?

Tu vas voir tout de suite comment revenir au moment présent concrètement grâce à la musculation de la vigilance. Et comment vivre cet instant présent grâce au toucher, à l’ouïe et au mantra.

Revenir à l’instant présent ici et maintenant

Le but de ce petit article n’est pas de revenir sur les vertus et les principes du moment présent. Si tu es ici, c’est que ce prérequis est probablement acquis.

Mais en deux mots, disons que revenir au moment présent c’est vivre la réalité de ta vie. Ta vie ne s’expérimente pas dans les réflexions sur un passé révolu, ni dans la préoccupation à l’égard d’un futur hypothétique. La seule expérience vivante, ce sont tous ces moments de présence à l’instant.

D’ailleurs – petite parenthèse – quand aujourd’hui on dit « tout à l’heure » on fait référence à « plus tard ».  Alors qu’à l’origine, « tout à l’heure » est plus proche de l’expression « aujourd’hui » ; mais à l’échelle de « l’heure » (signifiant le « moment »). Quand on disait « tout à l’heure », on parlait de « maintenant ».

Notre civilisation de la performance a développé le culte de la prévision et de la projection. Multipliant les facteurs de contrôle – et de stress – et nous éloignant progressivement de l’appréciation du moment présent.

Pourtant, c’est la manière dont on exécute chaque pas qui détermine la direction vers laquelle on se dirige.

Alors, pour reprendre une sagesse bien connue : « la destination est le chemin ». Autrement dit, l’objectif à se fixer n’est autre que la manière dont on vie les petits pas de l’ici et maintenant.

Les moyens fondamentaux pour revenir au moment présent

1. Développer la vigilance

Pour revenir au moment présent encore faut-il y penser ! 

Lorsque le mental s’emballe sous le coup des émotions et des chaines de pensées automatiques, on ne pense même pas « comment sortir de là » !

Sans entrainement, c’est mission impossible car le mental fonctionne en mode robotique.

Mais heureusement, avec de l’entrainement, la vigilance s’installe au coeur des pensées. Alors, on prend conscience beaucoup plus vite des divagations du mental. Et on saisit plus fermement le gouvernail de son esprit pour modifier le cap.

Grâce à cette faculté, les coups de stress sont moins inextricables. Et paradoxalement, avec de l’entrainement, ils provoquent à leur tour un renforcement de la vigilance à chaque fois qu’on les saisit.

Ce processus revient à muscler son mental grâce au manque de concentration !

Comment ça marche ?

En deux mots : pour t’entraîner, décide de commencer par méditer 5 minutes. Pendant que tu seras assis à observer et compter tes respirations, tu vas te rendre compte que tu as cessé de compter ! Parce que tes pensées sont parties faire un tour.

Alors, à ce moment, dis-toi gentiment à toi même : « Je suis conscient que je pense à ce que je vais manger à midi ».

Euh…. Tu as compris que c’est toi qui finis la phrase ! Tu pourrais par exemple revenir au moment présent tout de suite en te disant : « je suis conscient que je suis en train de lire ce texte ». Ou « je suis conscient que je pense en même temps en arrière-plan à ce que j’ai mangé à midi » (… Rire svp)

Clique ici pour lire l’article Muscler son mental grâce au manque de concentration ! C’est la première clef pour revenir au moment présent.

2. Vivre le moment présent grâce à la sensorialité

Une fois que tu t’es rendu compte que ton mental était en roue libre et que tu as maîtrisé le dérapage, tu vas le débrancher et lui couper la chique en te concentrant sur le sensoriel.

C’est là que tu chantes Auprès de mon arbre je vivais heureux !

Le touché

Pose ta main contre l’écorce de l’arbre. Ressens son relief et imagine l’écorce. Puis, visualise le contact de cette écorce sur ta mais, puis le contact de ta main sur l’écorce.

D’abord donc, tu ressens le contact de l’arbre sous ta main ; mais ensuite, tu imagines comment l’arbre ressens le contact de ta main sur sa peau…

Progressivement la frontière entre toi et l’arbre s’efface, comme si vos atomes s’échangeaient. Tu ne fais plus qu’un avec l’arbre et tu ressens sa sérénité, sa stabilité, sa solidité.

Alors, son rapport au temps va influencer le tien. Et tu ressens le temps beaucoup plus lentement, comme si toi aussi tu voyais les choses en grand et au ralenti.

Et tu es calme, aligné entre le ciel et la terre, et ancré.

L’ouïe

Alors, quand tu es ainsi posé dans l’observation attentive, tu vas écouter ton calme intérieur. Il s’agit d’un calme rare où les bavardages du mental ont été effacés… Parce que toute ton attention était focalisée sur ton expérience kinesthésique et visuelle de l’arbre.

Et maintenant, écoute : la brise dans les feuillages, les oiseaux, les passants, les vélos qui passent, au loin les murmures de la ville et les autos.

En éloignant ton attention, comme l’onde sur l’eau qui se propage, comme la vague d’un radar… Pour saisir ce que tu entends, et ce que tu intègres dans le champ de ta conscience.

Tu n’es plus le petit humain solitaire, tu es la conscience sans limite.

Puis, tu te recentres progressivement en rapprochant l’écoute de plus en plus près de ton coeur… ou de celui de l’arbre…

Et il apporte quoi ce moment présent ?

Dans cet état de présence tu vis dans un sanctuaire de paix.

La réalité de l’instant, c’est la tranquillité de l’esprit et l’ouverture du coeur. Tu es connecté à la nature et tu offres à ton cerveau reptilien l’expérience d’un moment de sécurité au coeur d’un environnement qu’il reconnait.

Tu sais que le siège des émotions est lié au cerveau reptilien et au cerveau entérique. Alors, toutes les tentatives cognitives, intellectuelles et psychologisantes de la gestion émotionnelle n’ont que peu de chance de t’aider à faire la paix avec cette part de toi qui ne parle pas la langue des académiciens mais qui te donne la chair de poule, ou les mains moites, ou la boule au ventre.

D’ailleurs, les émotions peuvent te nouer l’estomac ou te prendre la tête, ce qui fait que tu en as plein le dos…

Pendant des années, je ne comprenais pas pourquoi nos émotions semblaient nous vouloir du mal et nous empêchaient de faire ce qui nous paraissait bon…

revenir au moment présent et se libérer des angoisses

Si toi-même dans certaines situations, tu as le cerveau qui se fige ou la boule au ventre, et que la gestion émotionnelle t’intéresse : clique sur l’image pour lire la présentation !

» Lire ma présentation sur amazon

Une preuve encore que les divagations mentales et émotionnelles ne peuvent être raisonnées ? Ce sont ces phrases répétitives ou ces chansons obsessionnelles qui ne sortent pas de la tête.

Si elles étaient raisonnables tu leur expliquerais qu’elles ne sont pas très performantes et qu’elles devraient cesser.

Mais en réalité, tu te dis tout ça et deux secondes plus tard tu t’entends en train d’entonner encore cette chanson qui te prend la tête : au sens strict.

3. En bonus : se débarrasser de cette chanson obsessionnelle grâce au mantra

J’en ai encore fait récemment l’expérience ! C’est vrai que je l’ai un peu cherché mais tout de même…

On a eu envie de regarder une série. Alors tu sais ce que c’est (que ce soit avec les séries fictions ou tes petites émissions préférées) on en regarde une, puis on en regarde « juste » une seconde…

Et on se retrouve à minuit et demi à se dire qu’il ne serait pas raisonnable de finir la saison 1 dès le premier soir.

Tout ça pour dire quoi ?

Tout ça pour dire qu’à ce moment-là, le moment présent c’est surtout une répétition musclée du générique de ton programme préféré. Alors, ensuite, pour te le sortir du crâne, moi je te souhaite bon courage !

Déjà que tu t’es couché tard, te voilà en plus privé de sommeil par le deuxième couplet dont tu n’es plus très sûr du quatrième pied… Et ça chantonne et ça chantonne encore.

Tu as beau lui demander de se taire et de te laisser dormir, la voix reste sourde à ta requête.

Ça te dit qu’il te faut un mantra

C’est là que tu dois dégainer ton mantra !

Commence par revenir au moment présent grâce à l’entraînement de ta vigilance. Tu peux en profiter pour la muscler encore un peu : « je suis conscient que je suis en train de chanter le générique de l’amour du risque » !

Puis récite pour toi-même ta prière ou ton mantra, de telle sorte que le brouhaha mental laisse la place à ce chant du coeur.

Attention, « Jonathan et Jennifer » ne s’avouent pas vaincus si facilement ! Alors, il se peut qu’à un moment ton mental à nouveau s’égare, ou que tu coupes involontairement ton mantra en raison d’une liste de courses urgente !

Alors, avec bienveillance, de nouveau tu formules pour toi-même : « je suis conscient de… » puis tu retournes au moment présent de ta prière ou de ton mantra.

Faire des câlins aux arbres

Seul ou en groupe, la reconnexion à la nature permet de revenir au moment présent dans les moments de stress. Si par exemple tu as rendez-vous pour ton entretien professionnel, envisage peut-être de trouver un arbre et d’y apposer la main (ou de lui faire un gros câlin).

Sens-toi ancré, aligné. Et dis-toi que quoi qu’il arrive tu es à la bonne place, entre la terre et le ciel. Sois dans la confiance et la conscience que tout se met en place et se réalise dans un temps invisible.

Et là, on dit merci à l’arbre, on s’offre à soi-même un large sourire (on observe les petites bulles de sérénité qui pétillent entre les oreilles quand on sourit largement) et on y retourne avec une attitude sereine et moins dualiste. Ce sera probablement un premier bon point pour les neurones miroir qui t’attendent à ton rendez-vous !

On se donne rendez-vous au parc ?

Le réveil sensoriel est au coeur du projet de l’association !

Le matin à la fraîche, dans le quartier endormi, on réalise notre « miracle morning » en consacrant du temps rien qu’à soi avant d’attaquer la journée.

Après une marche rapide, on s’installe prêt de l’arbre pour un moment de réveil corporel tout en lenteur et en attention. On affute son attention en synchronisant l’intention, le mouvement et le regard, et on développe l’écoute interne en accompagnement les vides et les pleins du poids du corps en déplacement.

Cette écoute est essentielle pour dialoguer avec les manifestations émotionnelles du cerveau reptilien. C’est une des clefs de cette libération émotionnelle : elle ne fait le procès de rien, ni de l’environnement ni de toi-même. Mais elle réactualise les programmes archaïques hérités de nos ancêtres lointains.

Ainsi, après le réveil du corps en mouvement, on se rapproche de l’arbre pour expérimenter la stabilité et la sérénité.

Pour conclure, une petite activité ludique permet de marquer et conserver un souvenir de ce moment. Puis on se réunit quelques minutes pour échanger nos impressions et exprimer nos problématiques personnelles.

Si ce genre de petites activités matinales t’intéresse, tu peux consulter la page de l’association.


Le pouvoir du moment présent

On ne peut pas évoquer le moment présent sans mentionner le « grand » gourou Eckhart Tolle !

Le pouvoir du moment présent

Ma fille me l’a offert récemment mais – honte à moi – je ne l’ai pas encore lu ! L’as-tu lu toi ? Tu peux me laisser ton impression en commentaire si tu veux 🙂

» Lire le début sur Amazon


Revenons au moment présent !

Pour toute question ou suggestion, n’hésite pas à m’écrire. Je trouverai bien un petit moment présent pour apprécier de te lire et de te répondre 🙂

Porte-toi bien,
> Daniel

2 commentaires sur “Comment revenir au moment présent”

  1. Hello Daniel 🙂
    Je suis en plein dans la lecture du pouvoir du moment présent ! Je tiens à le lire pour une question de concentration, moi qui dévorait des livres pendant mon enfance et jusqu’à l’âge adulte, suite à un traumatisme, j’ai des soucis de concentration ! Tout ça pour te dire que tu peux le trouver en format audio sur YT !
    très belle journée à toi, merci pour tes articles plein de sagesses 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *